Bref, le Maire a signé

 

Avez-vous entendu parlé de l’arrêté municipal qui interdit la distribution de tract à Boulogne-Billancourt ? Si non, cliquez ici.

 Explications, en 10 points.

1)   Le matin. Je découvre ce qui ressemble (est ?) un arrêté municipal. La mise en page et la signature ne me font pas douter une seconde : il s’agit d’un authentique arrêté. On y interdit la distribution de « tracts publicitaires, dépliants, programmes (politiques ?) et imprimés » car elle « nuit à la propreté de la voie publique ».

Désormais, il faudra adresser une « demande écrite » au Maire, assortie d’un exemplaire du document, au moins 15 jours avant « le jour souhaité de distribution ».

En gros : atteinte à la plus fondamentale des libertés individuelles : la liberté d’expression.

2)   On balaye la liberté d’expression pour avoir des rues plus propres ? Mais quel rapport ?

3)   Franchement énervé (mais pas surpris) par ce despotisme de courte jambe,  je passe ma journée en me disant « c’est pas possible ?! ».

4)   Le soir. Conseil municipal. Justification du Maire : il s’agit d’un « document de travail ».

5)   « Document de travail » = BROUILLON

6)   Avez-vous déjà signé un brouillon ? Personnellement, cela m’arrive très rarement à la fac…

7)   Vous avez été député pendant 15 ans, vous êtes Maire depuis plus de 4 ans, allez-vous apposer votre signature sur un « brouillon » de mesures qui vont à l’encontre des principes garantis par la Constitution française ?

8)   Même s’il s’agit d’un « document de travail », permettez-moi d’avoir peur. Qui, à la mairie, a eu cette idée ? Qui a pu se dire : « on va contrôler tous les tracts comme ça ils ne seront pas jetés par terre? ». Soit on nous prend pour des c*ns, soit on a réellement tenté de museler toute initiative citoyenne.

9)    Je m’interroge.

10)  Bref, le Maire a signé.